mardi 1 septembre 2015

MILAN, la somptueuse ! - août 2015


EXPO - Milan 2015 - Pavillon du Dôme, historique de la construction -


Milan, la somptueuse ? Ou l'orgueilleuse ? 


Les détracteurs de la ville vous parleront d'elle comme somptueusement orgueilleuse !! C'est un point de vue qu'il est difficile d'épouser quand on y séjourne peu de temps. Ce n'est pas Rome, ce n'est pas Venise, ce n'est surtout pas Naples car Milan a la stature et le charisme d'une Capitale, elle en a aussi les structures architecturales, administratives et culturelles. Son enthousiasme économique est incontestable, elle en a par conséquent les défauts, excès de luxe donc de superficialité affichée mais nous sommes en Italie ! Et Milan a été le fief de Berlusconi ! Le centre est étrangement propre, pas un papier ne traîne, aucun graffiti sur les murs et peu de sans-logis; doit-on pour autant l'accuser de manquer d'âme ? Tous les centres des grandes capitales ne sont-ils pas comme cela ? L'exposition universelle 2015 est peut-être aussi "responsable" de cet état de fait ? 

Quoi qu'il en soit Milan ne se refuse pas, dans l'hyper-centre, a-cajou vous guide sur l'essentiel puis par thèmes vous parle des enseignes et des glaciers où il serait bon de s'arrêter, mais aussi de l'architecture, des musées et parcs, de la pietà de Michel-Ange, des curiosités de la ville, d'une des nombreuses escapades qu'offre la capitale lombarde, le lac de Côme et enfin de l'exposition universelle 2015 qui, tant espérée, se trouve être plutôt déroutante.



L'hypercentre ...


Dôme de Milan


La cathédrale de la Nativité de la Sainte-Vierge de Milan est la troisième plus grande église du monde après Rome et Séville.  Prévoyez une quinzaine d'euros pour la visite, les toits sont compris !



Place du Dôme



Musée 900
(Museo del novecento)
Place du dôme




Musée del Novecento


Ce musée, d'une grande sobriété architecturale contrastant avec la façade de la cathédrale de style gothique "colossal et fantasmagorique",  se trouve sur la place du Dôme, les deux photos (Dôme et place), ont été prises de l'étage vitré, au centre ci-dessus. 
Du 900, vous bénéficiez donc d'une large et spectaculaire perspective plongeante sur la place mais vous avez surtout à votre disposition 7 étages que dessert un escalier hélicoïdal sur 5 000 m2 de collections; du Futurisme à L'Arte Povera des années 60 en passant par L'Avant-garde international et le Spatialisme. L'artiste Lucio Fontana a un espace qui lui est entièrement consacré surplombé par une spectaculaire arabesque en néons blancs de 100 m de long (première photo du triptyque ci-dessus).



La Galerie Victor-Emmanuel II



Galerie Victor-Emmanuel - Copyright trévize, Milan 2015


Vous ne pourrez pas y échapper ! C'est LA promenade, non pas des Anglais quoique il doit sûrement y en avoir, mais des Japonais, Saoudiens, Français (surtout en août), etc. Mais aussi des belles d'un jour qui, parées de leurs plus beaux atours prennent la pose en espérant, le temps de selfies sous la majestueuse coupole, qu'elles feront peut-être, demain, la une des magazines de mode. Ce sont aussi des gens simples qui narguent les vitrines somptueuses de boutique comme Prada, en se faisant photographier devant, sourire exagéré aux lèvres et main appuyée sur la vitrine. Inutile de vous décrire la tête des vendeurs hautains; un rictus entre le dégoût et l'exaspération.  
C'est un vrai spectacle mais qui peut très vite vous fatiguer. Donc, après avoir admiré les sublimes mosaïques au sol (armoiries de la Savoie et des villes italiennes), haussez le débat en levant les yeux et réjouissez-vous car vous êtes dans l'une de plus grandes (encore !) et des plus belles galeries commerçantes du monde. C'est une imposante verrière métallique et de ciment naturel moulé de couleur ocre, sous la coupole, en demi-cercle, les allégories des quatre continents. Symbole de l'unification tardive italienne, la galerie est par conséquent, remplie de métaphores qui mettent en valeur cette période trouble.





Si ce lieu vous fascine, n'hésitez-pas à lire ces textes d'auteurs sur la galerie, ils reflètent ce qu'est cette galerie depuis sa création : "un organisme vivant".
http://www.larevuedesressources.org/la-galerie-victor-emmanuel-a-milan,1273.html




RIZZOLI 
   Galerie Victor-Emmanuel II  




C'est LA librairie de Milan qu'il faut visiter comme un bel espace sur plusieurs niveaux. L'agencement, la qualité des étagères et des tables de présentation sont  remarquables, il semblerait qu'elle mette en valeur le travail de certains designers dans le domaine des bibliothèques et comme la plupart des lieux publics et centraux à Milan, tout y est clair. Si les librairies vous intéressent, il y a un autre lieu à découvrir non loin de Rizzoli, dans la galerie même, sur la gauche en sortant vers la place du Dôme, c'est une petite librairie spécialisée dans l'art et vous y découvrirez entre les livres mais aussi sous vos pieds, des oeuvres d'art !



La Scala


Copyright

Lieu incontournable et inénarrable, ce théâtre de l'opéra italien est l'emblème de renommée internationale et culturel de la ville. Si l'architecture extérieure n'est pas extraordinaire, la salle de spectacle, est d'une beauté incroyable. N'hésitez-pas à écrire à Francine Garino et réserver pour une visite privée de 1h30 (20 euros / personne).
garino@fondazionescala.it




SPONTINI
Via San Raffaele
Metro: Duomo





Spontini, depuis 1953, c'est une enseigne qui compte 4 lieux à Milan. Le concept est très simple; une carte réduite à 3 pizzas (Méditerranéenne, Margherita et au jambon Prosciutto ) 2 modèles (petit et grand), les boissons sont servies à la chope (eau, bière et Pepsi), pas de café !  Paiement en cash, ouvert tous les jours. Des prix étonnamment raisonnables, 3 euro pour une petite part (voir photo), la pizza est prédécoupée devant vous, c'est une pâte épaisse généreusement garnie, vous la mangez avec bonheur debout, tout le monde est nourri à la même enseigne, service rapide très efficace, les tables sont régulièrement nettoyées et de nombreuses poubelles sont mises à notre disposition. Rien à dire ! 

Le packaging joue un rôle déterminant ! Car je n'avais pas noté cette enseigne dans mes notes. C'est en remarquant par deux fois cette boîte dans les mains de Japonais que j'ai eu la curiosité d'en savoir plus et le hasard, le jour même  de mon cheminement aux alentours de la place du Dôme, m'a fait repérer aussitôt le nom sur la porte.






Panzerotti de Luini
16 via Santa Radegonda
Métro: Duomo





A quelques mètres de Spontini, cette petite boulangerie qui ne paie pas de mine, ne désemplit pas ! Sachez que l'on y mange une spécialité des Pouilles depuis 1949, un beignet frit et fourré de mozzarella, tomate, etc. Comme vous pouvez le constater sur la photo, le rideau est fermé ! En effet, la boutique est fermée tous les lundis de l'année et tout le mois d' août mais de source sûre, cet endroit vaut la peine d'être testé. 





Au coeur même de la ville, vous avez la possibilité en été, d'aller vous reposer au frais, et dans le calme. Découvert par hasard, cet aire de repos (sous-terrain) et confidentiel se trouve en direction de la Via Silvio Pellico quand vous êtes dans la galerie Victor Emmanuel, il est indiqué par "Informazioni", suivez la flèche.



Sud


Voici donc, symbolisés par les fleurs d'a-cajou, les lieux à découvrir au centre même de la ville et dont, pour beaucoup d'entre eux, je vous ai parlé ci-dessus. 



Un artiste de la carotte !


 Street food ...


Princi, spirito di Milano, a 5 points de vente à Milan, on y achète en priorité son pain, ses pizzas croquantes ou fondantes et tout le reste, c'est à dire son repas, ses boissons, ses jus de fruits, ses pâtisseries, ses viennoiseries. On s'y arrête aussi pour prendre un verre accompagné de petites bouchées apéritives, la mise en place des produits est très bien étudiée, il y règne un ordre de la symétrie et de l'accumulation gourmandes.  
 



Il y a une autre enseigne italienne où vous pourrez manger sur le pouce de bons produits: EATME&GO (street food lovers), 49 via Torino ( http://www.eatmeandgo.it/)



Copyright


La focacceria, La Manuelina, via Radegonda, sous la Rinascente est une affaire de famille depuis 1983. Spécialité ligure, c'est un pain de forme plate, cuit au four, proche de notre fougasse, il est recommandé de goûter celle au fromage.




Focacceria La Manuelina

et bien-sûr pour l'Italie, de nombreux "Panificio", qui sont les boulangeries italiennes et qui offrent un grand choix de produits faits maison.



Si vous aimez la pizza vous aimerez la bière Moretti, c'est le seul brasseur italien à utiliser l'énergie solaire ! Ce fut le temps d'un séjour, un plaisir de fin de journée bien rafraîchissant, celle au citron est excellente, fruitée et douce au palais. Moretti possède, à juste titre, un pavillon entier à l'Exposition Universelle.





















Les glaciers ...




Via Boccaccio,9


Inutile de vous mentir, il y en a à foison, et certains quartiers en ont plus que d'autres. Pas de souci, pour a-cajou manger des glaces tous les jours et même deux fois par jour, n'est pas un problème. Les variantes sont possibles quand il fait chaud, une granita à l'amande et à la pêche , par exemple, chez Concordia sur le corso (cours) éponyme ! Ou comme les photos prises chez Shockolat, une jolie boutique spécialisée dans le chocolat, une boisson bien glacée. Autre adresse, prisée des connaisseurs en chocolats, Il Massimo del gelato, dont la réputation en fait le meilleur glacier de Milan ! La plupart des noms cités sont des lieux uniques (au sens propre comme au sens figuré), excepté Grom, enseigne présente un peu partout en Italie et maintenant à Paris.  cioccolatItaliani, glaces et génie italien comme il se définit, possède 4 points de vente mais je vous conseille celui de la Via Torino, non loin du Dôme, beaucoup moins bondé que celui qui fait face à Spontini à deux pas de la galerie V-E; il est situé sur la Piazzetta San Giorgio, l'option de la terrasse ombragée n'est pas négligeable. Leur concept est toutefois un peu "complexe", de nombreuses indications pour le choix de votre glace, une carte des cafés à rallonge, des desserts à l'assiette, multiples et variés, bref, un temps fou pour se décider, si bien qu'attention ! Ils peuvent, par conséquent, vous oublier !!


  
Shockolat


Vous pouvez aussi découvrir des petits kiosques de vente de bâtonnets, 100 % naturels (Stecco Natura), sorbets de fruits frais de saison ou crème glacée. D'origine sicilienne, ce concept a le mérite de se différencier des autres glaciers et leurs ingrédients, comme la plupart des autres enseignes dont j'ai cité le nom,  sont de première qualité, citron sicilien et pistache d'Iran, noisettes du Piémont, vanille bourbon de Madagascar, etc.



Stecco Natura, sous la Rinascente


Et puis, il y a les découvertes fortuites, celles que vous faites alors que vous crapahutez depuis une heure sous la chaleur, à la recherche d'un lieu d'exposition photographique qui d'ailleurs n'existe plus ! Km zero, glacier biologique mais le vrai bio ! Parfums de saison et de proximité, mais aussi pour les intolérants au lactose, les coeliaques, les végétariens, les diabétiques et les chiens ! En effet, certaines pathologies canines peuvent se guérir avec une nourriture glacée. N'hésitez-pas à leur rendre visite si vous vous échouez vers La Piazzale di Porta Lodovica.






De brique et de marbre ...



De g.à d. Palazzo Viviani Cova, un pan de mur détruit en ville, Bourse de Milan, Piccolo teatro, Pinacothèque de Brera, détail d'un muret


Vous serez étonné de découvrir que cette ville a une architecture très hétéroclite, de brique et de marbre, d'hypermodernité, de néogothique, d'art déco, de néofasciste et de style Liberty. A l'époque de sa construction, la cathédrale hissait sa magnificence gothique de marbre blanc au-dessus de maisons de briques rouges, le contraste était presque indécent. Peu à peu, on démolit le quartier attenant au Dôme pour y dégager une place et y construire des architectures à la hauteur du lieu mais Milan garda la brique rouge et en fit un matériau tout aussi noble en l'utilisant pour des édifices culturels ou administratifs.




Tour Isozaki + Flipboard, "Forêt verticale" de Stefano Boéri, immeuble style Liberty



L'étonnante construction du Studio Boéri, "Bosco verticale", a été voulue pour redessiner la configuration urbaine de la ville à l'occasion du thème de l'Exposition Universelle. 900 arbres, 2000 arbustes et autant de plantes basses constituent la trame végétale de ces deux tours. Elle permet de filtrer la forte pollution de Milan, de protéger de la chaleur, du vent et du bruit, de créer une certaine intimité entre voisins, de transformer le CO2 en O2 enfin de stocker les eaux pluviales pour un meilleur bilan écologique.


Flipboard - Daniel Libeskind et Zaha Hadid, 650 appartements - copyright trévize, 2015


A Milan, l'héritage de l'architecture est solide ! Dans ce petit édifice de 1480 , San Satiro, via Torino, Bramante a créé un trompe l'oeil et a donné à cette église une perspective étonnante de 97 cm seulement ! En la visitant, approchez-vous de l'abside au fond, derrière l'autel, et constatez par vous-mêmes.



Eglise San Satiro


Les musées ...


Milan est réputée pour ses infrastructures culturelles, elle possède un grand nombre de galeries et de musées dont les Pinacothèques d'Ambrogia et de Brera dans lesquelles des artistes comme le Titien, Raphaêl, Botticelli, Piero della Francesca, Bellini, le Caravage, Brueghel, Tiepolo et Leonard de Vinci, entre bien d'autres peintres et sculpteurs, constituent une part importante des collections. A Brera, ne ratez pas La lamentation sur le Christ mort de Mantegna, chef d'oeuvre de la Renaissance italienne.


Musée National de la Science et de la Technologie



Le musée National de la science et de la Technologie est l'un des lieux qui m'a le plus fascinée;  le génie du grand Léonard de Vinci a servi de prétexte à l'élaboration d'un parcours didactique et pédagogique d'une grande qualité dans les domaines de l'industrie, de la technologie, de l'horlogerie, de l'acoustique et de la métallurgie. Et, à l'occasion de l'Expo. universelle, deux espaces sont consacrés à l'alimentation du passé, du présent et du futur en Italie.



Musée National de la science et de la technologie


Des parcs à Michel-Ange ...



La capitale lombarde aime la végétation, beaucoup de vert aux balcons, sur les terrasses, dans les cours intérieures, les parcs Indro Montanelli et Sempione sont les deux plus grandes superficies verdoyantes avec le Cimetière Monumental. Ci-dessous, le parc Sempione est accolé aux jardins du Château des Sforza (au fond sur la photo), énorme forteresse du XVe siècle devenue musée et institution culturelle grâce à l'intervention d'un homme passionné, Luca Beltrami, qui en empêcha sa destruction. 


Parc Sempione - Milan, 2015 - Copyright trévize 


C'est dans ces murs, et plus précisément dans l'ancien hôpital, lieu de souffrances et de prières, que la Pietà Rondanini de Michel-Ange est exposée, seule, depuis mai 2015.

Ce fut la dernière sculpture de l'artiste et, indice important, ce n'était pas une commande et il y travaillait depuis dix ans mais on la dit "inachevée". Ayant traité ce sujet à 24 ans dans sa première commande officielle, celle de la basilique Saint-Pierre au Vatican, dont la représentation figurative aboutie est d'une resplendissante beauté, dénuée de toute souffrance, et ayant déjà sculpté des captifs dans le style du "non-finito" déjà en 1513. Je me suis depuis fort longtemps faite à l'idée que Michel-Ange, âgé alors de quatre-vingts ans, ne poursuivait pas un concept de beauté différente comme il est écrit dans de nombreux ouvrages sur cette oeuvre, ni ne suivait un schéma iconographique de tradition médiévale. Se rapprochant de la mort et, à l'instar des derniers autoportraits de Rembrandt ou des dernières oeuvres de Matisse pour l'église Saint Vincent de Paul, il réduisait tout à l'essentiel comme si, en sculptant le marbre, il y avait découvert, figée dans le marbre,  cette pietà, mère et fils unis dans la douleur. 
Le fort sentiment religieux de beaucoup d'artistes à la fin de leur vie, soulagés des commandes officielles, leur a permis d'évoluer vers une notion primaire de la religiosité, au sens propre du terme, libérant un sentiment peut-être plus proche de la spiritualité. 


- Copyright -




   CURIOSITÉS  






Osteria Del Binari
1 via Tortona
Métro : Porta Genova



Le quartier, de nuit, donne à ce lieu une intuition d'abandon, de décor cinématographique. Il faut franchir une passerelle métallique, surplombant les quais de la gare Porta Genova , pour, sur la gauche, entrevoir ce qui " aurait pu être " un établissement ou un hôtel. Il y fait sombre, la rue est déserte, seule une lumière éclaire d'un halo blanc une entrée dépourvue de tout clinquant. Del Binari, le nom correspond au restaurant qui est conseillé sur le guide, il faut coller son nez à la vitre de l'entrée pour apercevoir les allées et venues des serveurs dans une salle au fond. Des vignettes de l'année en cours, Guide du Routard, Gault et Millau, etc., nous indiquent par ailleurs que ce lieu est toujours d'actualité. Moment surréaliste, en ouvrant la porte, l'impression d'un retour vers le passé, celui d'un ancien relai de poste du XVIIIe siècle ou, plus récemment, de la cantine des ouvriers du ferroviaire qui se distrayaient en y jouant aux boules.
En été, tout se déroule dans la véranda, les pièces intérieures sont désertes, à peine éclairées. L'ambiance y est étonnamment feutrée, des treilles de vigne en pergola recouvrent la quasi totalité de la terrasse, on y sert une cuisine traditionnelle milanaise et la carte des vins, qu'un sommelier vous présente avec tout le sérieux dû à la fonction, est très sérieuse. Les attentions que l'on vous porte sont touchantes, Prosecco de bienvenue, mousse de foie à tartiner, verrine de crudités avec une petite corbeille de pains diversifiés. Les viandes et les poissons sont réputés ainsi que le risotto. Très à la mode à Milan, le sommelier vous proposera sur du fromage ou une mousse au chocolat, du poivre et/ou du sel de pays lointains.
La formule gastronomique du soir est remplacée à midi par une formule bistronomique plus accessible.
Pour toute chose, le fond reste préférable à la forme; cette phrase pour ne pas vous parler de la décoration intérieure ! Si vous allez sur le site (http://osteriadelbinari.com/), ne soyez donc pas effrayé par les photos car elles ne reflètent pas la qualité du lieu. 


Gare Porta Genova



Les Canaux de Milan





Dans le même quartier et à quelques rues de là, les Navigli de Milan sont des canaux artificiels construits entre 1179 et le XVIe siècle au sud de la ville. Ils servaient à acheminer les marchandises, notamment le marbre de Candoglia qui servit à la construction du Dôme de la ville. Les soirs d'été, il y règne une grande confusion donc je vous conseille d'y flâner le matin, restaurants et boutiques jalonnent les canaux de part et d'autre des rives. C'est le quartier branché, l'ambiance y est plus populaire, certains vous diront que ce sont dans ces ruelles qu'est l'âme de Milan ! 



10 corso Como
Métro: Garibaldi





C'est LA boutique qu'il faut visiter comme le must du luxe à Milan. Tout y est beau, bien agencé, bien présenté, on peut y manger, s'y arrêter pour un apéro dînatoire à l'intérieur ou dans la cour que vous traversez pour accéder au concept store et dont le décor végétal est une vraie merveille.



10 Corso Como




EXPOsitition Universelle - 2015


http://www.expo2015.org/fr/a-propos


"Nourrir la planète - Énergie pour la vie"

sont les thèmes exposés aux participants. Débattre et éduquer en matière d'alimentation, de nourriture et de ressources mondiales. Des réflexions sur les pays qui gaspillent et qui sont dans la consommation excessive, des recherches de solutions pour ceux qui souffrent et meurent de faim, vont être au centre des débats de cette édition.
Il a toujours été dit que des expositions universelles nous ne retenons que l'architecture des pavillons ! A priori cela semble toujours le cas, pour la petite histoire, sachez que le Qatar veut déjà acheter le pavillon français. Les architectes et les décorateurs sont les vraies vedettes et aujourd'hui, ils se doivent, plus que jamais, de suivre une charte qui est de créer des structures démontables, recyclables et écologiques. 
Notons aussi la présence énigmatique de pavillons entièrement consacrés à Coca cola, McDonald's mais aussi Nutella, Lindt, etc ! Il n'y a aucune trace de Monsanto chez les Américains mais le doute peut exister.
En fait, rien n'est impossible, il est difficile de mobiliser pour une cause aussi bonne soit-elle 145 pays sur 10500 m2, sans qu'il n'y est de "coquilles" et/ou des alliances de bonnes procédures pour ne pas dire lobbies !

Souhaitons toutefois que cette EXPO 2015 ait sensibilisé, malgré tout, les pays les moins préoccupés par ce sujet et que toutes les personnes qui s'y sont rendues, n'ont pas confondu cet événement avec une quelconque foire internationale.



Kaleidoscope EXPO 2015



Copyriight - Pavillon français

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/05/20/l-afrique-fait-pale-figure-a-l-expo-universelle_4637062_3212.html



Conseils très pratiques
Il est préférable d'y prévoir plusieurs visites ou une seule les jours de nocturne en fin d'après-midi car à partir de 17 h,  vous ne payez plus que 5 euros, au lieu de 39 euros !
Si vous y allez en métro, ne payez pas de supplément spécial EXPO (2,50 euros) pour aller à l'arrêt Rho Fiera, 1,50 euros le ticket suffira !
Prévoyez une bouteille d'eau et peut-être un encas car les prix sur place sont exorbitants. 
Quelques pavillons qui ne sont pas hors-sujet : l'Angleterre, la France, la Russie, la Suisse, le Koweit, Israêl, Slow Food, ... enfin et absolument le pavillon Uno de l'Unesco, dont le hall d'entrée, ci-dessous, magnifiquement visualisé, vous plonge dans un univers onirique puis dans le parcours prévu, terriblement réaliste.



 Pavillon Uno, exposition universelle 2015 Milan - Copyright trévize




Sortie ou entrée de l'EXPO côté métro Rho Fiera - Copyright trévize


Après une journée entière à l'EXPO 2015, après la chaleur, la fatigue et les pieds usés, une escapade sur les bords du lac de Côme s'est imposée tout naturellement.





Lac de Côme





Le lac de Côme est à une cinquantaine de kilomètres de Milan, avec le train (9,60 euros A-R, trajet le plus long ou 18 euros A-R pour le plus rapide), suivant la gare de départ ( vous pouvez, en effet, partir soit de la Gare centrale soit de la gare Garibaldi ), il est donc très facile d'arriver à Côme, de prendre un bus en direction de la villa la plus proche , villa Olmo où vous pourrez aller vous baigner. Attention cependant ! Vous ne pourrez accéder à une " plage" descente qu'en payant ! Le lido d'Olmo, vous permettra, en déboursant 7 euro, de vous baigner, soit dans la piscine (bonnet obligatoire) , soit dans le lac ( sandales en plastique, pas obligatoires mais préférables ! ), si vous voulez être plus confortable et en bordure de lac, vous rajoutez le parasol et les transats ou chaises longues pour quelques deniers de plus. Ensuite, vous pouvez vous rendre dans le centre de la ville en longeant la rive, vous découvrirez alors quelques-unes des villas qui font la renommée du lac. Situé dans les Pré-alpes, il est le plus important des lacs italiens en superficie avec 140 km de pourtour. C'est un lieu unique, villégiature des aristocrates et riches familles italiennes depuis l'époque romaine, il accueille aussi les artistes du monde entier et les  villas ont servi de décor à de nombreux films. La ville de Côme est très impressionnante grâce à sa Basilique San Fedele, majestueuse ! Il est très agréable de s'y promener, en grignotant une part de pizza à la pomme de terre et romarin de chez Beretta où les spécialités ne manquent pas, comme le Panettone ou le gâteau léger (voir photo) qui n'est, en fait, qu'une délicieuse brioche à 7,80 euro ! ( Attention ! Elle ne supportera pas le voyage de retour en avion ).



Milan, quartier nord-ouest


Les guides à lire pendant ou après : Milan insolite et secrète, Massimo Polidoro, Ed. Jonglez, versailles - Collection les guides pour les habitants et Cartoville, Milan chez Gallimard.
Les transports dans la ville : vos pieds mais aussi par ordre de préférence, le vélo, le bus, le tram, le métro.
Shopping souvenirs : la Rinascente, place du Dôme, à visiter et à découvrir le dernier étage avec vue sur la cathédrale, comme à Palerme, cette enseigne offre des points de vue incroyables ! Vous pouvez y déjeuner (obicà : bar à mozzarella, etc.) et acheter des souvenirs culinaires. Si votre budget est serré, vous trouverez un peu plus loin, au 61 Via Torino, Sapori Artigianali, une sorte de bazar gourmand où beaucoup de produits italiens sont vendus a un prix très raisonnables.



Milan, 12 jours en août, c'est fini !
Et n'oubliez-pas, perdez-vous, flânez, humez l'air ambiant, observez les habitants,  
soyez curieux de tout, cela vaudra tous les guides de la planète.

Merci à Bénédicte et Guillaume sans qui ce long séjour n'aurait pas été possible, aux adresses et conseils judicieux que mon amie m'a fournie et à trèvize pour ses belles photos.




Magnifique hall de la gare centrale